Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux

15 Jul

Passage de l'ange gardien de huit trekkeurs français victimes du séisme au Népal.

Publié par RAYMOND Michel

Nima Tsering-Sherpa, avec Alain et Genviève Gauthier lors de son passage à Pont-de-Vaux.

Nima Tsering-Sherpa, avec Alain et Genviève Gauthier lors de son passage à Pont-de-Vaux.

Nima Tsering-Sherpa est guide de trek (randonnée en haute montagne) dans l'Himalaya pour une agence de voyage française : Terre d'aventures. Basé dans la région de Katmandou, ce Népalais de 32 ans est né dans un village de l'Himalaya à 3 000 mètres d'altitude dans le district de Sindhupatchok, à la frontière du Népal et du Tibet. Orphelin très jeune, il s'est trouvé dans l'obligation d'abandonner l'école pour aider sa famille en travaillant. Ainsi, il est tout d'abord devenu porteur en expédition de haute altitude, puis il est passé guide-assistant en 2008, avant de devenir guide et « tour leader » en 2012.
Cette année là, il a guidé deux pontévallois : Alain et Geneviève Gauthier, dans leur randonnée himalayenne à des altitudes variant de 2 500 à 3 000 mètres. Depuis lors une solide amitié est née entre Nima Tsering-Sherpa et le couple pontévallois, et après plusieurs passages précédents à Pont-de-Vaux, ce dernier a séjourné chez Alain et Geneviève Gauthier qui l'avaient invité à l'occasion du 20ème anniversaire du jumelage avec Dornhan. Nous avons profité de son passage pour qu'il nous explique comment il a vécu le tremblement de terre du 25 avril dernier au Népal et les jours suivants où Alain et Geneviève Gauthier se sont fait un sang d'encre en restant sans nouvelle de lui pendant près d'une semaine.

Un vacarme épouvantable.

Le samedi 25 avril à 11 h 45 quand s'est produit le séisme de magnitude 7,9 qui a fait 11 000 morts selon le dernier pointage, Nima Tsering-Sherpa se trouvait dans la vallée de Langtang à quelques dizaines de kilomètres au nord de Katmandou avec un groupe de huit randonneurs français, trois aides de camp et quatre porteurs Népalais. Les trekkeurs avaient passé la nuit du vendredi au samedi à Langtang, un village de 400 habitants, où se trouvait une centaine de randonneurs du monde entier. Ils ont quitté ce village à 9 heures et au bout de 2 h 30 de marche alors que le groupe s'apprêtait à prendre le repas de midi dans un petit refuge : « nous avons entendu un vacarme épouvantable, la terre s'est mise à trembler et notre groupe n'a eu que le temps de sortir avant de voir le bâtiment s'écrouler. Tout de suite après nous avons été emportés par une avalanche de neige et de roche qui avait dévalé la montagne » explique le guide Népalais. Finalement, plus de peur que de mal, tous étaient vivants. Mais un randonneur et un aide de camp étaient gravement blessés (omoplate et vertèbres cassées, côtes cassés et poumon perforé pour le premier, et pour le second : côtes cassées et poumon perforé). Pensant trouver des secours à Langtang, les randonneurs sont redescendus vers leur point de départ. Or, le village qu'ils avaient quitté le matin était rayé de la carte. Les maisons et les quatre cents habitants, et sans doute plusieurs dizaines de trekkeurs, étaient ensevelis sous 70 mètres de terre. Le groupe était coupé du monde.

Nima ne se prend pas pour autant pour un héros.

Finalement le groupe trouvera refuge pendant trois jours dans une zone moins exposée à 3 600 mètres d'altitude et sera évacué en hélicoptère sur Katmandou grâce à Nima Tsering-Sherpa qui aura trouvé un téléphone satellitaire dans un village épargné en parcourant la montagne. « Nous sommes restés pendant trois jours sans nourriture, sans médicaments, sans soins, sans équipement, à des température de zéro degré la nuit. Nous devons notre survie à Nima. Il a maintenu la cohésion du groupe, veillé sur nous continuellement, il a pris toutes les décisions de mouvement, organisé l'approvisionnement en eau à la rivière dont l'accès était dangereux à cause des glissements de terrain, il a donné le maximum de confort et de réconfort aux blessés, multiplié les tentatives pour nous signaler auprès des secours. Enfin, après notre évacuation, il nous a trouvé des hébergements à Katmandou, a accompagné les blessés à l'hôpital, et nous a lui même embarqués dans l'avion du retour » témoigne sur le Net l'une des randonneuses du groupe.
Nima Tsering-Sherpa ne se prend pas pour autant pour un héros. Cet homme simple que l'on sent d'une grande gentillesse, est avant tout très triste d'avoir perdu nombre de ses concitoyens dans cette catastrophe qui rend son pays exsangue humainement et économiquement. Fort heureusement ses amis français l'ont réconforté dans son périple en France, à Pont-de-Vaux, Nancy et Paris. Il nous a confié que les fêtes du jumelage à Pont-de-Vaux resteront à jamais gravées dans sa mémoire. « Nous n'avons pas de telles fêtes au Népal avec les pays voisins car nos relations sont souvent conflictuelles avec la Chine et l'Inde. Mais ici, j'ai beaucoup apprécié ce climat d'amitié, de cordialité et de sympathie mutuelle entre français et allemands. C'était très émouvant pour moi d'être là. J'espère revenir dans dix ans »
Commenter cet article

À propos

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux