Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux

04 Aug

Portrait de Polbé : peintre et homme de qualités.

Publié par RAYMOND Michel

Portrait de Polbé : peintre et homme de qualités.
Ayant participé au premier Salon des Arts Pontévallois en 1962, Paul Bernachon, alias Polbé, s’est depuis lors associé à cette exposition devenue annuelle et y apporte aujourd’hui sa cinquante-quatrième contribution. Il présente son dernier tableau, « La mort du cygne », une peinture acrylique dont l’essence s’éloigne de son univers nomade.
En effet, à travers cette œuvre symbolisant, par analogie à la grâce d’un cygne dans son effondrement final, la lente agonie de l’ancien hôpital Pontévallois, Polbé revient sur son enfance, sa ville natale, et exprime son désarroi quant au devenir de cet établissement. Sans être trop figuratif, il caractérise notamment le choc ressenti de voir cet immeuble « littéralement mangé par la végétation ».
Cette allégorie, isolée de l’inspiration historiquement pérégrinale de Polbé mais qui le fait se retourner sur ses souvenirs, s’inscrit avec pertinence dans sa démarche actuelle de faire revivre ses émotions. A l’aide de photographies prises très précisément, il travaille effectivement en ce moment, sur des petits formats de papier, à recomposer et réinterpréter avec un certain recul des saisissements, survenus au cours de voyages passés, qui furent le moteur de ses créations picturales.
Aussi, au-delà de sa sensibilité et de la justesse de son cheminement artistique, Polbé, via ses peintures laisse transparaître des traits marquants de sa personnalité que sont la générosité et l’humanité. Sa dernière production susvisée est encore une excellente illustration de ces qualités. Egalement, très accessible, ces dernières se révèlent lorsqu’il conte certains de ses nombreux voyages (pour exemples Grèce, Brésil, Maroc, Tunisie, Algérie, Egypte, Chine, Japon, Turquie, Etats-Unis, Sénégal, et Sri Lanka), ses découvertes, ses ressentis, et les relations indéfectibles qu’il a pu tisser. Ainsi, il explique que sa « deuxième famille est Sri-lankaise » puis avec beaucoup d’humilité, voire une quasi-normalité, comment il a permis de sauver la vie du petit dernier qui, il y a douze ans, était né avec une maladie cardiaque nécessitant une opération. Et, c’est avec un large sourire, que Polbé envisage la visite qu’il rendra l’an prochain à « « Small Paul » (surnom donné à ce garçon par ses parents) et la famille ».
Ce futur voyage et le séjour, qui le précédera, à Essaouira, ville par laquelle Polbé est « envouté », seront sans nul doute le déclencheur d’un nouveau partage en couleurs. Peut-être sera-t-il d’ailleurs déjà possible d’observer des peintures générées à la suite de son excursion au Maroc, lors de sa prochaine exposition qui se déroulera à Clichy la dernière semaine du mois d’octobre à venir.
M.F.F.
Portrait de Polbé : peintre et homme de qualités.
Commenter cet article

Archives

À propos

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux