Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux

27 Mar

Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.

Publié par RAYMOND Michel

Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.

Après nombre de défis lancés au cours des deux décennies écoulées : les spectacles sons et lumières à Chevroux, les fêtes médiévales au bord du plan d'eau, mais encore le show des aigles et oiseaux rapaces à la salle des fêtes de Pont-de-Vaux, sans oublier le village indien de l'an dernier au plan d'eau, en organisant un festival country samedi à la salle des fêtes de Pont-de-Vaux, l'AJLC (association jeunesse et loisirs de Chevroux) tentait de relever un nouveau challenge.

Cette première pour l'équipe de Marie-Claude Juillet était comme toujours très bien organisée. Elle commençait samedi après-midi avec une vingtaine de personnes à la salle des fêtes pour deux séances d'initiation aux danses country. Ces deux séances ont été animées par Lily West qui allait ensuite se produire en soirée avec Alan Carter, dans un concert country de haute volée. Au programme 48 morceaux de country, chantés en solo et en duo, par les interprêtes sur une durée de 3 h 30. Auxquelles s'ajoutait 2 heures animées aux platines par un autre spécialiste de musique country : Marc Duquesne, président de l'association Ambiance country de Couzon-au-Mont d'Or, présent avec une dizaine de ses ouailles. Les danseurs ont déambulé sur la piste coiffés de Stetsons et chaussés de Santiags (chapeaux et bottes du Far West). Ces danseurs et danseuses venaient d'une bonne quinzaine d'associations de danse country basées à Nuits-Saint-Georges, Lyon, Genève, Ambérieu-en-Bugey, Belley, le Puy-en-Velay, Villeurbanne, Belleville-sur-Saône, Charnay-lès-Mâcon, et bien sûr de la section country du club amitié loisirs de Chavannes-sur-Reyssouze.

Malheureusement, le grand public a quelque peu boudé ce festival et le public de 150 personnes était essentiellement composé de passionnés de country venus des associations précitées. L'équipe d'organisation souhaitait pour cette première franchir le seuil de deux cents entrées. Mais ce n'est sans doute partie remise à l'an prochain car Marie-Claude Juillet et Anthony Joubert-Laurencin voyaient dans leur festival des promesses d'avenir en se félicitant quand même de cette première. « Ce festival était une mise en route, il est prometteur car tout le monde repart content et de nombreuses personnes nous ont demandé de le reconduire l'an prochain » confiait la présidente de l'AJLC.

 

Quelques personnes qui ont participé aux séances d'initiation du samedi après-midi.  

Coralie Mainard, 26 ans, technicienne chimiste, Villeurbanne (69).

Je suis venue seule de Villeurbanne. Je fais de la country à Villeurbanne et ma prof m'a envoyé l'affiche du festival de Pont-de-Vaux et du coup çà m'a donné envie d'y aller. J'ai participé cet après-midi aux séances d'initiation animées par Lily West. Je suis venue à la danse country parce que j'aime beaucoup danser. J'avais déjà appris le rock et la salsa. La musique country me plaisait. Je me suis dit pourquoi pas et j'ai commencé la danse country en septembre 2016. C'est tout récent.

 

Yves Daven, 67 ans, retraité, Arandon-Passins (38).

Pour la quatrième année, nous sommes au club d'Arandon. On est venus à la danse country par hasard. Personnellement j'aimais bien cette musique et quand le club s'est formé on s'est inscrits. Je ne dansais pas du tout, j'avais depuis longtemps envie, mais je n'avais pas le temps. La country nous a fait passer au rock. Nous sommes à Pont-de-Vaux ce soir car nous connaissons Lili West pour participer depuis trois ans à ses stages. Dans quelques jours, nous partons avec elle à Alicante en Espagne.

 

Annie Bouvard, 50 ans, manager d'équipe à la CPAM 71, Saint-Germain-du-Plain (71).

Je termine ma quatrième année de danse country. Je fais partie d'Infinity country qui est à Simandre. Je suis venue à la country par le bouche à oreille quand le club de Simandre s'est monté. J'avais une voisine qui souhaitait s'inscrire et on y est allées ensemble. Voilà comme je me suis prise au jeu de la country. Ce que j'aime c'est toute la diversité des musiques et des danses que l'on peut faire. J'aime aussi l'ambiance du club, on forme un groupe au sein duquel on s'entend bien, même en dehors de la danse.

 

 

Gilles Ray, 55 ans, commercial, Chavannes-sur-Reyssouze (01)

Je fais partie avec mon épouse du Chavannes country club depuis bientôt deux ans. Ce qui me plait dans la danse country c'est la musique et le fait de danser seul et en ligne. Cà n'oblige pas d'avoir un ou des partenaires pour danser. On s'entraîne et on répète le mercredi soir, mais on peut aussi s'exercer chez soi avec une vidéo et un PDF qui nous sont fournis. Ainsi on peut progresser de semaine en semaine. On participe souvent à des bals comme ce soir. Il y en a beaucoup dans la région à quelques dizaines de kilomètres de là.

 

Magalie Déliot, 34 ans, assistante maternelle, Loisy (71).

Comme Annie, je fais partie du club Infinity country de Simandre. J'avais déjà fait de la country en 2003 à Sornay. Ensuite j'ai eu un bébé et j'ai du m'occuper de lui, ce qui m'a obligée de suspendre cette activité. Quand j'ai su en septembre 2013 que le club de Simandre se montait, je me suis inscrite. Depuis ma reprise, j'en suis à ma quatrième année. J'ai eu connaissance de ce festival par un partage sur Facebook. En général, nous ne participons pas trop à ce genre de festival car nous sommes très occupées par d'autres manifestations le week-end.

Coralie Mainard.

Coralie Mainard.

Yves Daven.

Yves Daven.

Annie Bouvard.

Annie Bouvard.

Gilles Ray.

Gilles Ray.

Magalie Déliot.

Magalie Déliot.

lLilly West.

lLilly West.

Alan Carter.

Alan Carter.

Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.
Un festival qui attire les initiés, mais moins le grand public.

À propos

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux