Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux

27 Apr

Sandrine Abderrahman loue des « machines à danser ».

Publié par RAYMOND Michel

Sandrine Abderrahman loue des « machines à danser ».

C'est dans un nouveau métier que s'est récemment lancée Sandrine Abderrahman, épouse de Brice, couple bien connu dans la ville pour avoir repris il y a deux ans la bijouterie familiale le Diamant dans la rue de Lattre.

En effet, cette jeune femme, titulaire d'un BTS d'assistante en gestion de PME et PMI, cherchait une activité complémentaire. L'opportunité s'est présentée dans la reprise des « machines à danser » de Nicolas Gambin qui avait créé cette entreprise il y a dix ans. « J'ai cru dans ce concept. Je le trouvais sympa. J'ai toujours aimée la musique » dit-elle. Cette activité consiste à louer des sonos, des jeux de lumières et tout le matériel pour en assurer le fonctionnement, à des particuliers, des groupes et associations qui souhaitent animer des manifestations. « Cela va des anniversaires avec bougies et feux d'artifices à des mariages en passant par des cocktails et des soirées dansantes. Je définis avec les organisateurs le thème et les types de musiques qu'ils souhaitent et je loue mes machines, des micros, des jeux de lumières, et un programme de musiques adaptées aux circonstances. Mes clients prennent en charge le matériel au magasin, je la marche à suivre pour l'utilisation, ils s'occupent eux-mêmes des animations et me rapportent le matériel au magasin. Pour l'instant je suis seule dans le secteur très loin à la ronde. Mes concurrents les plus proches se trouvent à Lyon, Roanne, Dijon et Annecy » explique Sandrine ravie de se lancer dans cette nouvelle activité.

Sandrine Abderrahman loue des « machines à danser ».
Sandrine Abderrahman loue des « machines à danser ».

Archives

À propos

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux