Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux

28 Sep

Le drapeau noir de la colère flotte sur les bateaux du port de plaisance.

Publié par RAYMOND Michel

Guy Naime, à la barre de son bateau.

Guy Naime, à la barre de son bateau.

« Il faut vingt ans pour bâtir une réputation et cinq minutes pour la détruire » a dit le milliardaire américain Warren Buffet. C'est ce qui se passe au port de plaisance de Pont-de-Vaux qui s'est construit une belle image en près de vingt ans dans le monde des plaisanciers, avant que cette image commence à se ternir il y a trois ou quatre ans pour devenir carrément négative aujourd'hui. Ainsi parlent d'une même voix nombre de plaisanciers du port : « partout ou nous allons sur les rivières et canaux de France, quand les plaisanciers voient que nous sommes basés à Pont-de-Vaux, la réflexion est la même : « Pont-de-Vaux ? On y va plus car on ne passe pas dans le canal et le port est dans un triste état », et cette mauvaise réputation se répand comme une traînée de poudre » explique l'un d'eux qui a laissé une hélice et un arbre de transmission (NDR : 10 000 euros de réparations) dans le canal à cause d'un tronc d'arbre immergé. On ne compte plus aussi les échouages faute de tirant d'eau et le nombre d'hélices faussées ou cassées.
Il faut dire que depuis 2004, date du dernier curage aucun travaux d'entretien n'a été fait sur le canal et le port. Le tirant d'eau est réduit à moins d'un mètre et les rives s'affaissent en plusieurs endroits. « Le port est envahi d'algues et envasé au point que plusieurs gros bateaux sont posés sur le fond et dans l'incapacité de se déplacer. La vase empêche aussi d'accéder au ponton où se trouve la pompe à gazole pour faire le plein » témoigne Guy Naime, qui vit sur son bateau au port depuis 2010. « Je connais plusieurs propriétaires de bateaux qui vont partir du port. J'ai déjà un contact avec le port de Mâcon ou on nous accueille à bras ouverts » ajoute ce dernier. Le vent de la révolte et de la colère souffle donc depuis quelques mois : « on envoie des courriers à la communauté de communes et on demande des rendez-vous, mais on reste sans réponse » tempête un autre plaisancier.
Du côté de la communauté de commune on nous assure que les travaux seront entrepris en 2016, mais qu'en attendant le dossier d'instruction du futur chantier a été confié à un cabinet privé qui se heurte à une procédure longue et tatillonne de la part des services de l'Etat. Ce chantier de « reprofilage du canal » (terme exact) prévoie la consolidation des rives.
En attendant, les plaisanciers n'entendent pas en rester là : « on nous mène en bateau depuis plusieurs années. On ne peut plus attendre sans avoir des engagements fermes. C'est pourquoi on a fait signer des pétitions en ce sens qui ont positivement été accueillies par une bonne cinquantaine de commerces de la ville et par plus de cent plaisanciers. Nous allons aussi parler de ce problème à l'assemblée générale de l'ANAPEI (association nationale des plaisanciers en eaux intérieures) qui se tiendra le 9 octobre à Belleville-sur-Saône où nous envisagerons sérieusement un gel des locations d'anneaux avant d'éventuelles poursuites judiciaires car nos contrats ne sont plus respectés » conclut Guy Naime. A s
uivre.
Le drapeau noir de la colère flotte sur les bateaux du port de plaisance.
Le drapeau noir de la colère flotte sur les bateaux du port de plaisance.
Le drapeau noir de la colère flotte sur les bateaux du port de plaisance.
Le drapeau noir de la colère flotte sur les bateaux du port de plaisance.
Le drapeau noir de la colère flotte sur les bateaux du port de plaisance.
Le drapeau noir de la colère flotte sur les bateaux du port de plaisance.
Le drapeau noir de la colère flotte sur les bateaux du port de plaisance.
Commenter cet article

À propos

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux