Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux

25 Apr

On est toujours sans nouvelles de Jessica et Alicia.

Publié par RAYMOND Michel

Alicia et Jessica avec un groupe d'orphelins Népalais.

Alicia et Jessica avec un groupe d'orphelins Népalais.

Aux dernière nouvelles, Jessica Chardon et Alicia Gonod qui devaient terminer le 5 mai prochain deux mois de mission humanitaire dans la région de Katmandou au Népal, seraient en lieu sûr après le terrible séisme de magnitude 7,8 qui a ravagé samedi matin cette région et provoqué la mort de près de 1 300 personnes, selon le dernier comptage des autorités de ce pays dans la soirée.
Les parents des deux jeunes filles ont passé la journée de samedi à vainement tenter d'entrer en contact avec le Ministère des affaires étrangère qui a installé une cellule de crise au quai d'Orsay. En effet, selon les estimations qui ont été faites, le Népal accueillerait en ce moment plusieurs milliers de touristes français mais le numéro de téléphone donné sur les chaines de télévision ne répond pas. D'après un message envoyé par SMS par Alicia à son petit ami après le tremblement de terre, les jeunes filles de Gorrevod se trouvaient dans un bus qui les emmenait visiter un monastère de la région où elles devaient passer la nuit de samedi à dimanche. Elles avaient donc quitté l'orphelinat de la région de Katmandou où elles étaient hébergées, un immeuble vétuste qui n'a sans doute pas résisté aux secousses séismiques. Leur présence dans le bus qui les transportait aux moment du séisme leur a sans doute sauvé la vie. D'après ce même SMS, elles seraient en lieu sur.
Mais quelles sont leurs conditions de vie depuis samedi dans un pays dévasté ? Nul ne le sait car la cellule de crise du quai d'Orsay ne répond pas. Et du côté de l'association franco-belge VIN (volunteers initiative Népal) qui assurait leur prise en charge au Népal notamment en leur fournissant le gite, le couvert et un interprète, ses responsables disposaient d'informations sécurisantes sur l'une des deux équipes qui aurait trouvé refuge chez des étudiants Népalais, mais n'avaient aucune nouvelle de la seconde équipe dont Jessica et Alicia faisait partie. En attendant les parents des jeunes filles se font un sang d'encre : « je ne serai pas tranquille avant que j'entende la voix de Jessica au téléphone » dit Dominique Chardon. On en saura peut-être plus dimanche.
Commenter cet article

À propos

Les informations quotidiennes du Journal de Pont-de-Vaux